Une étude menée par des chercheurs canadiens de l’université québécoise de Sherbrooke, avec à sa tête le professeur Matea Belan, et présentée au congrès annuel de l’Endocrine Society, aux Etats-Unis, tend à démontrer qu’une meilleure hygiène de vie des hommes, accompagnée par une perte de poids, pouvait favoriser la fertilité des couples, y compris lorsque la femme est obèse. Les recherches ont porté sur 65 hommes, âgés en moyenne de 33 ans, qui n’arrivaient pas à avoir d’enfants dans leur couple. Les candidats n’avaient pas une hygiène de vie très recommandable (mauvais régime alimentaire, manque de pratique sportive). Les scientifiques canadiens se sont attelés à analyser différentes données : le poids, le tour de taille, la graisse.

La moitié des patients à du suivre un programme drastique pour perdre du poids : séances de kiné, sport, ateliers sur la nutrition et rendez-vous chez le nutritionniste, séances de psychologie de groupe… Au final, ce groupe, dont les membres ont perdu du poids et changé leurs habitudes alimentaires (avec des régimes plus sains et équilibrés) ont vu leur fertilité et leur capacité à infanter augmenter comparativement à l’autre moitié des 65 patients qui n’a pas évolué pendant cette période.

Un meilleur régime alimentaire pour une meilleure fertilité Pour Matea Belan, cité par l’agence RelawNews, « Nous avons surtout été surpris de voir que la perte de poids des hommes était indépendante de celle de leur épouse, laissant penser que la relation entre la conception et la perte de poids chez les géniteurs était indépendante de la perte de poids de leur épouse. »

Alors que la plupart des recherches s’attelaient jusque là quasi exclusivement à trouver des réponses face à l’obésité des femmes souhaitant enfanter, cette étude démontre qu’il existe d’autres variables et qu’il est possible d’augmenter la fertilité des couples en travaillant également sur les hommes et notamment sur leur régime alimentaire. « C’est la première étude pilote qui suggère que les changements de mode de vie de l’homme peuvent améliorer les probabilités de concevoir du couple. Les hommes devraient donc être inclus dans les programmes visant à changer l’hygiène de vie des couples dont la femme peine à tomber enceinte. » a conclu la scientifique canadienne.