A l’Antiquité déjà, de nombreuses plantes étaient connues, appréciées, et consommées pour leurs vertus médicinales, notamment en ce qui concerne la mémoire. Egyptiens, Amérindiens, Orientaux, ou Grecs ont laissés de multiples traces de leurs utilisations à travers le temps. Ce que jadis nos ancêtres tenaient pour acquis, la science le redécouvre aujourd’hui : il existe des plantes possédant la capacité d’améliorer sa mémoire.

2500 ans avant Jésus-Christ déjà, Shen Nung, empereur chinois, recommandait le Gingko biloba dans le traitement des pertes de mémoire. Son effet est aujourd’hui avéré, et sa consommation connue pour améliorer les facultés d’apprentissage et le fonctionnement global du processus de la mémorisation. Preuve en est, il est maintenant 
utilisé dans les traitements visant à réduire les effets des troubles cognitifs liés à l’âge, mais aussi associé aux traitements contre la malheureusement célèbre maladie d’Alzheimer.
Mais le gingko n’est pas la seule plante à posséder de telles propriétés. La sauge par exemple, petite plante méditerranéenne à fleurs bleue-rose est reconnue depuis des siècles non seulement pour ses vertus permettant d’améliorer sa mémoire, mais aussi contre le traitement des troubles digestifs, les inflammations des muqueuses ou encore, comme anti-déprimant simple et naturel. De même que le gingko, la sauge est parfois introduite dans le traitement symptomatique de la maladie d’Alzheimer.
Parlons maintenant du thé. Le thé est, sans conteste, une plante bénéfique pour la mémoire, que ce soit à court ou à long terme. Son usage remonte d’ailleurs à la nuit des temps. Ses vertus anti-oxydantes et anti-âge en font un véritable médicament naturel, un concentré de jouvence accessible à tous, qui, à l’instar du gingko et de la sauge joue un rôle préventif contre certaines pathologies liés au vieillissement tels Parkinson ou Alzheimer.
Mondialement célèbre, le Ginseng, plante originaire d’Asie du nord-est, est récolté depuis des millénaires. Ses propriétés médicinales semblent presque surnaturelles, à tel point qu’il n’est pas rare de voir certaines 
pièces atteindre des prix faramineux. En Juillet 2007, un plant centenaire à ainsi été adjugé à plus de 300 000 euros, et c’est loin d’être le seul à connaître un tel destin. La richesse de sa racine en vitamines et 
minéraux lui procure ses incroyables facultés. L’Organisation Mondiale de la Santé à notamment reconnu le Ginseng comme un stimulant du système nerveux. Très couramment utilisé en Asie, le Ginseng permet d’améliorer le processus de mémorisation et la concentration intellectuelle. En accroissant la résistance physique et mentale, il permet aussi de lutter contre le stress.
Moins connu mais tout aussi redoutable, la bacopa, généralement associée au gingko biloba est très appréciée de la médecine ayurvédique depuis plus de 3000 ans. Sa faculté d’augmenter la production des protéines de l’hippocampe – partie du cerveau responsable de la mémorisation à long terme – en fait un stimulant naturel très apprécié des indiens cherchant à améliorer leur mémoire et leurs performances intellectuelles. La bacopa est notamment plébiscitée par les jeunes préparant un examen. Ce tonique cérébral, en plus de lutter contre la fatigue mentale contribuerait aussi à renforcer la concentration grâce à ses effets relaxants, améliorant d’autant le processus de mémorisation. D’autres études cherchent aujourd’hui à mesurer ses effets chez les patients souffrant de la maladie d’Alzheimer.
Améliorer sa mémoire par les plantes n’est donc pas une utopie. En quelque lignes nous vous avons fait découvrir, ou redécouvrir 5 plantes, connues et utilisées depuis des millénaires, et dont la science peine 
encore à percer les nombreux secrets de leur incroyable potentiel. 5 plantes, sur l’infinité que compte le monde végétal…