Arrêter la cigarette est le challenge que se donne énormément de fumeurs. A chaque nouvelle année, toujours la même bonne résolution  » cette année j’ai décidé d’arrêter la cigarette ». Mais cette décision n’est pas simple et les rechutes sont nombreuses.
Les premiers essais se soldent souvent par un échec mais chaque nouvelle tentative est un nouveau pas vers le sevrage effectif. Arrêter la cigarette, c’est d’une part parvenir à s’affranchir du phénomène de dépendance physique à la cigarette, mais aussi réussir à se débarrasser de la dépendance psychologique mais aussi la dépendance comportementale.
En effet, pour la plupart de fumeurs, le geste de porter la cigarette à la bouche et de fumer s’est installé tout au long des années pendant lesquelles le fumeur a fumé, ce geste existe peut être depuis des dizaines d’années : arrêter la cigarette est forcément un effort qui va se prolonger pendant très longtemps et sur plusieurs années. Donc Pour arrêter la cigarette, il faut prendre en compte avant tout la nécessité d’une motivation sans faille mais aussi d’une volonté inébranlable. 
Ok, toutes ces considérations paraissent pleines de bon sens, mais elles peuvent vite devenir culpabilisantes pour le fumeur qui « craque » au milieu de sa tentative d’arrêt de son traitement. Donc pour arrêter la cigarette il faut ajouter à ces 2 qualités une énorme dose d’indulgence vis à vis de soi-même : ainsi a chaque fois que vous tentez d’arrêter la cigarette vous préparez le terrain pour votre prochaine tentative si vous échouez sur celle-ci. Donc si vous savez que vous pouvez arrêter la cigarette une semaine , cela veut dire que la prochaine fois vous arrêterez plus longtemps.
C’est pourquoi, tous ceux qui ont tenté à plusieurs reprise d’arrêter la cigarette sans réussir sur une durée supérieur à plusieurs semaines ou a plusieurs mois auront besoin d’être suivi à la fois par un médecin mais peut être aussi par un psychologue pendant la période de sevrage tabagique. Ainsi, si vous souhaitez arrêter la cigarette ,il peut être très utile de consulter un bon tabacologue , celui-ci vous aidera pour trouver une solution adaptée à votre profil afin d’arrêter la cigarette définitivement.

Bienfait arrêt du tabac


La plupart des personnes ayant arrêté de fumer signalent des bienfaits liés à l’arrêt du tabac et ceux dès le premier jour de cet arrêt. Quoi de plus motivant que de se dire que dans les premières heures du sevrage tabagique l’ancien fumeur constatera les bienfaits de l’arrêt du tabac.

Essayons de dresser un petit calendrier des Bienfait de l’arrêt  du tabac. Après 24 heures d’arrêt (soit dès le premier jour)  on constate un retour à la normale de la pression artérielle, les poumons ont déjà éliminé tous le monoxyde de carbone ingéré lors des périodes de consommation de cigarettes.  Par contre, ce premier bienfait de l’arrêt du tabac va s’accompagner d’une toux plus ou moins importante, l’organisme est entrain de se nettoyer et l’élimination de la poussière et autres goudrons ingérer lorsque vous fumiez commence. Accessoirement, votre haleine ne devrait plus du tout sentir le tabac.
Le bienfait de l’arret du tabac se poursuit dans les jours qui suivent, ainsi après une semaine d’arrêt de la cigarette, vous allez ressentir une meilleur forme physique et une amélioration des sens du goût et de l’odorat. Après 15 jours Les bienfaits de l’arret du tabac se font ressentir sur le plan du sommeil et de l’équilibre nerveux .

Passé le premier mois , le bienfait de l’arrêt du tabac , l’encombrement bronchique et la toux qui l’accompagne sont fortement diminués. L’effet sur votre voix est immédiat car celle-ci s’éclaircit et ressemble alors un peu moins à celle de Jeanne Moreau. Cerise sur le gâteau, la peau  profite aussi des bienfaits de l’arrêt du tabac en étant moins terne, vous devriez aussi retrouver une activité sexuelle plus intense.

Passé les 6 premiers mois, les bienfaits de l’arrêt du tabac sont certes  moins spectaculaires mais tout aussi important car votre poids se stabilise et surtout votre santé globale est amélioré (immunité, allergie etc… diminuent). Au bout d’un an, le risque de développer un problème cardiaque ou une maladie du coeur baisse de moitié.


Après 2 ans, l’un des meilleurs bienfaits de l’arrêt du tabac : le risque d’infarctus du myocarde est alors au même niveau  qu’une personne qui ne fume pas. A 5 ans d’arrêt, les risque de cancer de la vessie, du pancréas de l’œsophage ou encore de la bouche est lui aussi diminué de moitié par rapport au moment ou vous fumiez.

Après 10 ans d’arrêt de la cigarette, le risque majeur lié au tabac c’est-à-dire le cancer du poumon est réduit de moitié c’est certainement l’un des bienfait de l’arret du tabac les plus important ce risque de développer un cancer du poumon, atteindra la même probabilité qu’un non fumeur au bout de 15 ans sans cigarettes.

Arrêter de fumer : perdez du poids


Bien souvent, l’un des principaux obstacles à l’arrêt de la cigarette est la peur de prendre du poids. L’association d’idée « arrêt du tabac » et « kilos supplémentaires » tient à deux choses : la cigarette tient lieu de coupe-faim, et l’arrêter accroît généralement l’appétit, tandis que le stress aboutit parfois à un grignotage néfaste pour la ligne.

Retrouver l’appétit n’est pas néfaste en soi, mais il faut savoir gérer ce changement. Ne vous privez pas sur les quantités, mais jouez sur la qualité des aliments que vous ingérez tout en évitant au maximum matières grasses et sucres. Légumes frais et fruits seront vos alliés, car ils sont non seulement savoureux mais ont également la particularité de bien remplir l’estomac !

Pour vos collations, optez pour une belle pomme ou un jus de fruits. En cas de stress, aidez-vous du traditionnel chewing-gum et buvez un grand verre d’eau glacée. Surtout, accompagnez votre arrêt du tabac d’une meilleure hygiène de vie : reprenez le sport ! Il aide à évacuer les tensions, et vous permettra de mesurer jour après jour les bienfaits de l’arrêt du tabac. Changement d’alimentation et pratique sportive régulière pourraient même vous faire perdre des kilos !

Comment arrêter de fumer

Arrêter de fumer : astuces pour arrêter


C’est inévitable mais toujours difficile à vivre : au bout de quelques heures de sevrage, l’envie de fumer prend de l’ampleur. La tentation de prendre une cigarette ne dure pourtant que 3 minutes. Pour réussir à les passer, chacun a ses petits trucs.
 Le chewing-gum, très souvent associé à l’arrêt du tabac, n’est pas forcément la meilleure idée. S’il apporte un peu de soulagement sur le moment, il risque fort d’accroître l’énervement de l’ancien fumeur au bout de quelques instants. Il peut être remplacé par les bons vieux « remèdes » habituels : boire un grand verre d’eau ou respirer des huiles essentielles.
Un autre truc consiste à se passer les avant-bras sous de l’eau froide : insolite mais efficace ! Enfin, si les substituts nicotiniques tels qu’inhalateurs ou pastilles à sucer peuvent être rassurants, mieux vaut les éviter : ils ne repoussent pas l’envie de fumer mais la satisfont – la prochaine fois, la tentation sera toujours aussi forte.
 L’amour-propre et la fierté du fumeur étant sa meilleur arme pour arrêter de fumer, mieux vaut trouver par soi-même des solutions pour renoncer à une envie de fumer : la victoire sera alors une récompense de grande valeur.

Arrêter de fumer : changer vos habitudes

On l’a déjà vu, l’arrêt du tabac repose en grand partie sur des habitudes bien ancrées, auxquelles sont associées le geste de fumer. A l’intérieur de la maison, le coin privilégié pour fumer une cigarette doit donc être complètement ré-agencé et disparaître.
A l’extérieur, la même règle doit être suivie… Si vous avez l’habitude de fumer sur le trajet qui vous mène au travail, changez d’itinéraire (et privilégiez, dans la mesure du possible, un peu de marche à pied). Au bureau, évitez bien sûr la pause café favorite des fumeurs.
Pour donnez le change, inventez-vous une nouvelle manière de faire une pause : trouvez un lieu différent, et mangez une pomme ou prenez un thé. Le soir, la dernière cigarette est un rituel qui aide certains à se préparer au sommeil. Remplacez-là par un bon bain tiède ou, si vous en avez la possibilité, par une séance de massage ou de relaxation sur fond de musique douce.
Quant aux sorties avec vos amis fumeurs, proscrivez-les dans un premier temps (les premières semaines seulement), et profitez-en pour voir davantage vos copains non-fumeurs !

Arrêter de fumer : chasser les odeurs

Lorsqu’on arrête de fumer, certains détails peuvent devenir source de tentation. Il en va ainsi des odeurs. Même désagréable, l’odeur de tabac froid risque fort, une fois que le sevrage durera depuis quelques heures ou quelques jours, de vous rappeler douloureusement que vous ne pouvez plus « en griller une ».

Au moment d’arrêter de fumer, il faut donc se lancer dans une véritable chasse aux odeurs. Une fois les cendriers vidés, lavés et remisés, de nombreuses autres sources d’odeur persistent. Tissus et moquettes notamment sont de véritables pièges à odeurs : mettez tout ce que vous pouvez à la machine et shampouinez le reste
ou envoyez-le au pressing. Tout vos vêtements, même propres, doivent ainsi passer au grand lavage. Rideaux, tapis et moquettes doivent aussi être nettoyés.Pendant toute l’opération, aérez la maison toutes fenêtres ouvertes. Une fois les sources de mauvaises odeurs éliminées, réinventez l’univers olfactif de votre intérieur.
A cet effet, privilégiez l’aromathérapie et utilisez toutes les substances déstressantes que vous trouvez – mais évitez l’encens : la fumée risquerait de vous ramener à vos nostalgies de fumeur !

Arrêter de fumer : gagner du temps

Savez-vous qu’une envie de cigarette, aussi pressante et intense soit-elle, ne dure que 3 minutes ? Lorsque vous êtes pris d’une envie irrésistible de fumer, commencez par vous remémorer cette particularité et prenez un peu de recul : si vous réussissez à passer ces quelques minutes difficiles, vos efforts n’auront pas été vains.

Pour vous aider à surmonter ces 3 minutes, quelques astuces peuvent s’avérer utiles. Si vous êtes inactif à ce moment-là, trouvez une occupation, de préférence manuelle – profitez-en pour faire votre ménage, ou pour suspendre ce tableau offert il y a plusieurs semaines et toujours en attente.
Si vous êtes occupé, changez d’activité, ou sortez faire un petit tour à l’air libre. Quelques petits gestes peuvent atténuer l’envie de fumer. Buvez un grand verre d’eau fraîche, ou prenez une gomme à mâcher. Sortez votre pâte anti-stress ou respirez des huiles essentiels.
Prenez un papier et un crayon, et notez tous les bienfaits dont vous profitez depuis que vous avez arrêté de fumer… Ça y est, les 3 minutes fatales sont passées : vous venez de remporter une grande victoire !

Arrêter de fumer : trouver de l’aide

 


Arrêter de fumer est une entreprise ambitieuse et de longue haleine : sachez vous entourer correctement pour passer cette épreuve avec succès. L’entourage familial joue évidemment un grand rôle dans la réussite de l’arrêt du tabac.

Un conjoint non-fumeur peut alors être appréciable, mais, si ce n’est pas le cas, vous pouvez mettre en place quelques nouvelles règles de vie pour éviter qu’il ne vous tente : fumer sur le balcon ou dans le jardin, par exemple.

Évitez à tout prix les arrêts en couple, à moins qu’il n’y ait une grosse motivation des deux côtés : rassurante au départ, cette solution risque fort d’aboutir à un échec – si l’autre « craque », continuer le sevrage tout seul risque d’être extrêmement difficile. De nombreux professionnels sont également des aides précieuses – voire indispensables – pour l’arrêt du tabac.

Un généraliste en qui vous avez confiance pourra effectuer lui-même le suivi et vous prescrire, au besoin, des médicaments pour vous aider. Mieux encore, pensez à vous tourner vers un tabacologue ou tournez-vous vers un suivi psychologique spécifique.